Les 3 et 4 juin, le département Mode[s] de La Cambre défilera aux Halles de Schaerbeek. Il faut y aller. Et se préparer à la surprise, en 30 infos étonnantes.

La soixantaine d’étudiants de l’école de stylisme bruxelloise présenteront leurs collections lors d’un show chaud, haut en couleurs, en créativité, en explorations.

Récemment, un ancien élève de La Cambre a focalisé tous les regards en prenant le tête de la création d’une des maisons françaises les plus emblématiques du luxe et du culot de la Couture et du prêt-à-porter. Vaccarello chez Saint Laurent, c’est le talent belge au service du prestige français.

La Cambre fabrique des prodiges de mode. Mais qu’ignore-t-on ?

Etienne Tordoir / Catwalk Pictures
Etienne Tordoir / Catwalk Pictures

1 – La Cambre Mode[s] a été créée en 1986 par Franc’ Pairon, avec littéralement une table à tréteaux et deux bouts de ficelle. Trente ans plus tard, c’est l’une des écoles de mode les plus réputées au monde. En Belgique, La Cambre partage cette expertise et ce rayonnement avec l’Académie d’Anvers, fondée en 1963 (qui fête donc son 53ème anniversaire).

2 – Contrairement aux autres formations de stylisme qui fournissent les studios du monde entier et qui sont privées (on y entre en payant), La Cambre et l’Académie sont des établissement publics. C’est un concours qui ouvre l’accès aux meilleurs.

3 – L’examen d’entrée dure 6 jours :

5 jours d’entretiens serrés et d’exercices en ateliers (réalisation d’accessoires, d’une pièce de vêtement, et d’un magazine)
1 jour d’épreuves de dessin

4 – Les frais d’inscription (parce qu’il y en a quand même, pour le fonctionnement administratif) : 350€ annuels (450€ pour les années diplômantes). Hors UE : 1487€ et 1984€. Avec un aménagement possible pour les Belges « de condition modeste ».

5 – A chaque rentrée, ils sont 15 à 20 nouvelles recrues (pour 150 aspirants, en moyenne).

Etienne Tordoir / Catwalk Pictures
Etienne Tordoir / Catwalk Pictures

6 – En 5ème et dernière année, ils ne sont plus que de 2 à 7 finalistes.

7 – On peut intégrer La Cambre sans savoir coudre. Mais après, on apprend. Tout.

8 – Les stages en Maisons sont obligatoires, et ce dès la première année. Résultat ? Les stagiaires de La Cambre sont hyper prisés : à n’importe quel stade de leur formation, ils savent déjà tout faire, et ne rechignent pas au boulot.

9 – Les élèves sont formels : par année d’étude, ils doivent dormir vingt heures en tout. A tout casser.

10 – Le défilé est financé par les étudiants, qui contribuent chacun à hauteur de 500€ (c’est pourquoi il faut acheter son billet ici, et ne pas demander de dérogations, parce que ce sont « les gamins » qui raquent).

Détails de pièces qui défileront pour les 4ème années (mais on ne vous en dit pas plus)
Détails de pièces qui défileront pour les 4ème années (mais on ne vous en dit pas plus)

11 – Chaque show (vendredi et samedi soir) rassemble 1500 spectateurs. Dont des professionnels et chasseurs de têtes qui viennent recruter de futurs designers parfois même en cours de formation.

12 – Le défilé, c’est 350 mannequins, apprêtés par 20 maquilleurs (MAC Cosmetics) et 20 coiffeurs (Jean-Claude Biguine).

13 – Les élèves doivent / peuvent aussi se faire sponsoriser des fournisseurs en matériaux, cuirs, fourrures, dentelles et tissus, ou accessoires (chaussures, chaussettes, etc). Ils apprennent à se débrouiller et à baisser le coût de leur collection.

14 – Contrairement aux clichés sur les métiers de la mode, ils sont super solidaires entre eux. Se soutiennent et s’aident pour finir leur collection quand ça chauffe.

15 – Ils ont fait La Cambre (et ne s’en sont pas trop mal sortis) :

Anthony Vaccarello : il a fondé sa marque, assuré la direction artistique de Versus Versace, et vient d’être nommé directeur créatif de Saint Laurent
Matthieu Blazy : il a été responsable de la Ligne Artisanale de Maison Martin Margiela, et oeuvre désormais chez Céline, auprès de Phoebe Philo
Olivier Theyskens : il a été DA chez Rochas, Nina Ricci et Theory
Laetitia Crahay : pendant 15 ans, elle a été créatrice des bijoux et accessoires chez Chanel, et directrice artistique de Maison Michel
Julien Dossena : il est directeur artistique de Paco Rabanne. Avant, il a faits ses armes chez Balenciaga et Chloé
Cédric Charlier : il mène sa marque éponyme vers plus de succès chaque saison. Désormais il développe l’Homme, et défilera à New York.
Léa Peckre : benjamine de cette short list, c’est la fille à suivre

Détails de pièces qui défileront pour les 5ème années (mais on ne vous en dit pas plus)
Détails de pièces qui défileront pour les 5ème années (mais on ne vous en dit pas plus)

16 – Dans le jury, on a déjà vu défiler (façon de parler) :

Jean-Paul Gaultier
Haider Ackermann
Suzy Menkes
John Galliano
Raf Simons
Jean-Charles de Castelbajac
Agnès B
Véronique Branquinho
Matthieu Blazy
Anthony Vaccarello

17 – A La Cambre, les cours sont dispensés en français, alors qu’à l’Académie d’Anvers, c’est néerlandais / anglais.

18 – 60% des étudiants sont Français.

19 – Certains sont embauchés avant la fin de leurs études. C’est le cas de Cédric Charlier par exemple, qui a été recruté chez Céline (sous la direction de Michael Kors) après sa 3ème année.

20 – Ces études artistiques sont aussi très techniques. En sortant, les élèves savent TOUT faire, et réaliser l’intégralité du vocabulaire des vêtements : passepoils, chevesses, cols de tailleurs, revers, pattes cachées, pattes boutonnées, et plein d’autres trucs dont vous ignorez la signification. Eh bien, ils savent le faire.

La cambre - Aca Gif

21 – Pour l’affiche du Show 16, sous l’égide de Pierre Debusschere et de Pierre Daras, une robe designée par Walter Van Beirendonck a été shootée sur un mannequin. Ce vêtement porte le statement « Stop terrorising our world ». L’Académie d’Anvers a utilisé cette même pièce symbole pour son affiche. Suite aux attentats de Bruxelles et de Paris, les deux écoles se tendent la main, et affirment une unité de la mode belge, encore trop souvent scindée en « Flamands vs Bruxellois ». Les créatifs donnent l’exemple, la mode rassemble.

22 – Lors de ce Show 16, on découvrira les collections de 63 étudiants, issus de 9 nationalités, 400 pièces et silhouettes : du tartan en première année ; en deuxième année, un carré de soie, à la fois accessoire, élément « flou » de garde robe et jeu scénographique ; 14 collections laboratoires pour l’homme, chorégraphiées, en troisième année puis, au niveau du Master, 8 collections en quatrième année, 7 collections complètes en année de diplôme (la 5ème).

23 – En écho à ce postulat engagé, sur le podium des Halles de Schaerbeek, 250 kilos de paillettes argentées seront balayés par la lumière, dans une salle nue : légèreté versus austérité, fête d’anniversaire versus sombre actualité.

24 – La Cambre fait des petits : l’école se lance dans une nouvelle aventure, inédite et internationale, en supervisant l’Académie libanaise des beaux-arts (ALBA) de Beyrouth dans la création d’un département mode. Pour que enfin, les aspirants designers libanais et frontaliers puissent développer un ADN de leur stylisme propre, sans devoir mener des études coûteuses à l’étranger.

25 – Emilie Duval, ex de La Cambre, prendra la direction du département mode de l’ALBA, dès la rentrée de septembre 2016. Actuellement styliste senior chez Christian Dior, responsable entre autres du recrutement des stagiaires et de l’organisation du studio, son parcours professionnel depuis la sortie de l’école –Kenzo, Balenciaga, Margiela, Dior– lui a permis d’explorer et de pratiquer le métier dans toutes ses dimensions, du concept à la production d’une collection.

image001

26 – Le show, qui coûte très cher à organiser et mettre sur pied, est sponsorisé. Par :

MAC Cosmetics : qui assurera le maquillage des mannequins
Jean-Claude Biguine : la coiffure
Le MAD : soutien financier
Fédération Wallonie Bruxelles : idem
Brussels Invest & Export : et dix de der
Baume et Mercier : dans le cadre du lancement d’une nouvelle montre féminine nommée ‘Petite Promesse’, l’horloger présentera une nouvelle expression créative de ses montres : ‘Les Exceptionnelles’. 3 modèles uniques, lumineux et ‘glamour’. Réalisées à partir du thème des franges, « Les Exceptionnelles » révèlent 3 facettes, 3 moments importants dans la vie d’une femme. Elles seront exposées lors des défilés.

27 – La 3ème année est dédiée aux collections homme, avec au moment du défilé un concept de chorégraphie plus ou moins déjanté, co-créé avec la chorégraphe Leslie Mannes. Présenter une collections de façon alternative, ça fait même partie du cahier des charges de cette année.

28 – Que devient-on après La Cambre, si ce n’est directeur artistique ?

Anaïs Lalu est prototypeuse chez Balenciaga. Nicolas Di Felice est senior designer chez Louis Vuitton (lui non-plus n’a pas eu le temps de finir son cursus, débauché à la fin de sa 4ème année). Laurent Edmond est senior designer chez Acne Studio. D’autres, comme la créatrice de bijoux et de badges Olivia Hainaut, lancent avec succès leur propre petite Maison ou entreprise artisanale. Tous vivent de ce qu’ils aiment.

29 – Dans le jury cette année, les élèves pourront bénéficier du regard bienveillant et des conseils de Demna Gvasalia (VETEMENTS / Balenciaga), d’Anne-Valérie Hash, de Lutz Huelle, de Donald Potard (qui a été pendant 25 ans président du groupe Jean-Paul Gaultier, et président de la Chambre syndicale du prêt-à-porter des créateurs), Glenn Martens (Y/Project), Jean-Paul Knott, et quelques membres de la presse.

30 – Depuis 30 ans, le soleil brille le jour du défilé de La Cambre. Cette année, on frise le déluge. Mais une bonne étoile veille sur la mode belge. Venez au défilé. C’est comme une oasis. Il fera beau dans vos yeux.

Etienne Tordoir / Catwalk Pictures
Etienne Tordoir / Catwalk Pictures